Appel du président Henri TOHOU à la commission électorale indépendante CEI et aux candidats à l' élection régionale du Guémon.

Appel du président Henri TOHOU à la commission électorale indépendante CEI et aux candidats à l' élection régionale du Guémon. Featured

Le samedi 13 Octobre 2018 se sont déroulées les élections municipales et régionales couplées sur toute l' étendue du territoire national.

Alors que les résultats du scrutin de 30 régions sur 31 de notre pays ont été publiés, la région du Guemon a offert à la nation une scène insolite : Aucun résultat officiel du scrutin n' a été publié par la commission électorale indépendante CEI pendant deux jours durant, à un moment où certains candidats s' auto proclamaient vainqueurs des élections, ouvrant ainsi la porte à une communication digne de celle d' une guerre entre les différents services de communication des candidats opposés.

Le caractère insolite de la situation du Guemon ne se résume pas seulement par la guerre des différents services de communication des candidats opposés et/ou la non déclaration des résultats du scrutin à temps, mais aussi et surtout par la sortie d' un communiqué de la CEI annulant le scrutin dans le département de Facobly et appelant à la reprise des élections dans ledit département dans un délai d' un mois. Ce communiqué de la CEI intervient en violation du code électorale en vigueur qui stipule en son article 129 alinéa 2 que " les réclamations peuvent être consignées au procès verbal ou être déposées auprès de la commission chargée des élections dans les 5 jours à compter de la date de l' élection ".

Mieux l'article 130 stipule que le conseil d'État ( dans le cas présent, la chambre administrative de la cour suprême) statue dans un délai d'un mois à compter de la date de sa saisine. Et l' article 131 de préciser qu'en cas d'annulation des opérations électorales, il est procédé dans les 3 mois à de nouvelles élections. Comment comprendre alors la précipitation de la CEI à annuler le scrutin et indiquer une période de sa reprise au moment où s'ouvre la période de saisine de la cour pour toute contestation de la validité des opérations électorales régionales?.

Dans le cas des régionales du Guemon, les informations non encore contestées nous indiquent qu'il n' ya pas eu de troubles, de violence ou de casse d'urnes tout au long du déroulement du scrutin. Mais qu'un agent de la CEI en charge des élections dans le département de Facobly du nom de Troh Bernard, serait à l'origine de falsification de résultats dans une seule sous préfecture du département de Facobly à savoir la sous préfecture de guezon. Pourquoi la commission électorale indépendante CEI refuse de sanctionner en mettant aux arrêts son agent accusé de corruption, mais décide plutôt de sanctionner tout un département et les candidats en leur imposant la reprise du scrutin ?.

La démarche de la CEI est hautement révélatrice de son incapacité à organiser en toute impartialité les élections dans notre pays. Les différentes tensions rythmées par des attaques, des calomnies, des dénigrements entre les différents candidats à travers les réseaux sociaux et qui annoncent un véritable orage dans le département de Facobly si ces élections étaient à reprendre, ne sont que le résultat de l'incapacité de la CEI actuelle qui viole ses propres textes, qui est incapable de poursuivre devant les tribunaux ceux qui commettent des crimes et/ou délits au cours de la période électorale faisant croire implicitement que les élections seraient une activité extra sociétale dont les délits et crimes échapperaient au droit pénal ivoirien.

Au regard de ce qui précède, nous demandons à la commission électorale indépendante CEI de ne point se substituer à la chambre administrative de la cour suprême et de laisser le soin à la chambre compétente en la matière de trancher les contentieux à elle soumis avant de savoir si ces élections méritent une reprise.

Nous demandons au contraire que soit poursuivi devant le tribunal compétent l'agent de la CEI à l'origine de cette grave crise et que soit financé sur fonds publics les candidats invités à la reprise par la faute de la CEI - agence de l' État, si ces élections devraient être reprises.

Nous appelons par la même occasion nos frères et soeurs candidats aux élections régionales à la retenue, à l' apaisement et à la fraternité. Car ces élections passeront et nous resterons tous fils et filles, frères et soeurs de la même région. Une région qui a tant souffert cette dernière décennie et qui a plutôt besoin d'union de tous ses fils et filles pour sa reconstruction et son développement.

Quel honneur et quelle dignité auront nous encore en face de la nation ivoirienne et du monde entier si nous déshabillons les uns et les autres à travers les réseaux sociaux ?.

 

Fait à Abidjan le 30 Octobre 2018

Henri TOHOU Juriste du droit international des droits de l' homme et politologue

Président de l' union socialiste du peuple USP

Ex candidat à la présidentielle 2010

Fils du Guemon.

Read 158 times
Rate this item
(0 votes)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2